• w-facebook
  • shape-vimeo-invert.png
  • Twitter Clean

Le jeu organique, la pâte sonore transpire les failles et brisures de l'esprit. Un être bipolaire peut chavirer à tout instant dans l'irrationnel, un être tripolaire peut valser dans plusieurs états en même temps. Un schyzophrène où plusieurs mondes cohabitent sans nécessairement communiquer. 

La musique est un art sculptural. Le musicien sculpte le son, l'air avec son instrument. Comme le marbre, le son a ses veines, ses nucleus, ses fragilités. Une phrase de Charlie Parker c'est une flèche d'obsydienne, une taille précise dans le silex du temps. Le solo s'échafaude à coups de burins, la phrase se paufine, se ponce, se lisse pour finir à l'ongle, à la paume  de la main. La matière éclate, se dégrossit, dégage ses secrets enfouis, ainsi en est-il des gammes, des harmonies et des rythmes.  

 

 

 

LE MUSICIEN EST UN VOLEUR DU TEMPS. L'IMPRUDENT OU LE FOU QUI L'ECOUTE EST PRIS EN OTAGE, EXTIRPE DE LA GANGUE TEMPORELLE L'ESPACE D'UN MOMENT D'ETERNITE. MUSICIEN RAVISSEUR.

L'humain trop humain est le condensé des faiblesses de notre frêle condition. L'affliction est de mise devant le spectacle du fourmillement homoïde. Mais pour paraphraser Nietsche qui disait "Ce qui se fait par amour se fait par-delà bien et mal" , je dirais : Ce qui se fait par musique se fait par-delà bien et mal.

 

Tripolar Jazz Trio

Freedom of groove

 

 Le jazz est pour moi l'expression de la liberté. Né dans le stupre, la corruption, la souffrance, la discrimination, ... Il a porté des millions d'epoirs. Il est une des manifestations exemplaires de l'intelligence humaine. Respect, dignité, travail, génie, générosité, inventivité, force, beauté, partage, histoire, tradition, ... sont les mots qui me viennent quand je pense au jazz.

Trois polars qui s'entredéchirent, trois lignes de vies qui se croisent et dissertent sur le sens de l'univers. Les chemins qui ne mènent nulle part et se perdent dans les ronces, se rejoindront un jour, peut-être,  pour un trip interstellaire aux confins des musiques... 

La musique que je joue est un jeu pour lequel les règles changent au fil de la partie jouée. Chaque joueur peut modifier la donne à tout instant, chaque intervenant peut réécrire les plans et paramètres quand et comme il le veut. Le MAÎTRE devant qui le musicien s'incline est le SON. C'est lui qui dicte ses lois aux instruments de son pouvoir. Le rythme est la frénétique et soumise réponse des musiciens aux exigences du SON. A chacun de ressentir avec justesse les obligations de l'instant.

Celui qui court plus vite que le vent ne perdra jamais ses cheveux. Celui qui dompte le vent pour faire de la musique règnera sur sa destinée.

"Si le coeur pensait, il s'arrêterait", Fernando Pessoa. Si la musique n'était pas une pensée vivante, elle s'arrêterait.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now